Expert en restauration

techniques artisanales

          Réparation & Restauration de tapis d’orient et tapis persans

Restauration de tapis anciens ou contemporains.

Réalisation d’arrêts de frange (stoppage) – Reconstitution de lisières – restauration de doublures – repiquagede franges – réparation de trous ou déchirures – Réparation des dégâts causés par les mites – pose de bande de consolidation – doublage de tapis (toile de coton cousu main) – réfection des couleurs de tapis – restauration des couleurs- Traitement anti-mites.

Elimination des taches les plus difficiles ( café , vin, urine …)

 

 

Comment cela se passe-t-il ?

Nous inspectons minutieusement vos tapis, dans notre galerie ou à votre domicile pour faire l’inventaire des interventions nécessaires : réparation, restauration,…

Nous choisissons la meilleure qualité de laine pour toutes nos interventions de réparation ou restauration. Pour l’arrêt des franges, nous utilisons le coton. Si nécessaire, la laine sera utilisée pour les franges (en fonction l’origine de fabrication du tapis)

Nos artisans expérimentés réalisent un travail méticuleux.

Notre atelier de restauration de tapis , un des plus performants en Europe a reçu la confiance des plus grands collectionneurs.

Services de restauration de tapis basé sur un savoir-faire transmis de génération en génération.

Nous utilisons des éléments naturels tels que des plantes et des fruits pour recréer les couleurs souhaitées de la laine.

Estimation de la valeur du tapis dans chaque projet de restauration .

Nous garantissons une restauration de qualité .

RESTAURATION DE TROUS

Avant

RESTAURATION DE TROUS

Après

RESTAURATION DE LA DÉCHIRURE

Avant

RESTAURATION DE LA DÉCHIRURE

Après

RESTAURATION DE LA LISIÈRE

Avant

RESTAURATION DE LA LISIÈRE

Après

Arrêts de frange

PRÉPARATION

Arrêts de frange

RESTAURÉ

                     Remplissage de laine 

Avant
                                                   Avant

                         Après

Reconstitution de franges en coton sur un tapis ancien d’hamedan ( perse )

Enlèvement & livraison de tapis
à domicile à convenir

Devis gratuit

Tél:  02 538 64 32

GSM+Whatsapp : +32 495 85 15 05

 

Noeuds :

c’est le fait que l’on noue aux fils de chaine qui constituent le poil ou velours du tapis. on distingue trois types différents de noeuds: le noeud ” ghiordés ” ou noeud turc , le noeud ” senneh ” ou noeud persan et le noeud arabo-espagnol .

le noeud ghiordes appelé d’après le nom de la ville d’anatolie où alexandre aurait tranché le fameux noeud gordien si embrouillé qu’il ne parvenait pas à le dénouer. consiste à former l’entrelacement de façon que les deux bouts du fil se trouvent réunis dans l’espace compris entre les deux fils de chaine .  ce noeud est employé en turquie , dans la région du caucase ,,,,,,,

le noeud persan est tel qu’un des bouts du fil est entrelacé à un fil de chaine et ressort entre ce fil et le fil contigu, tandis que le second bout sort entre le deuxième fil de chaine et celui qui recevra l’entrelacent au noeud suivant.  ce  noeud est pratiqué en iran , en inde , en chine , en pakistan ,,,,,, le noeud persan permet de mieux faire ressortir les détails du dessin.

ce  dernier type de noeud est le moins utilisé ; on le trouve exclusivement en Espagne .

Technique des bords , des lisières et des trames :

la partie importante du tapis est celle du bord ou de la lisière , parce qu’elle en détermine la résistance : les ranges de noeuds viennent en effet s’appuyer sur cette bordure , donc la solidité est  un facture essentiel pour la durées de vie du tapis . la trame passe bien tendu entre les fils de chaine .

Matières

le matériau le plus important pour la fabrication d’un tapis et dont dépend le résultat obtenu est le type fil employé , le fil qui prévaut aussi bien pour la trame que pour la chaine et le velours du tapis est la laine , laine de mouton ou laine de chèvre .

le coton est utilisé fréquemment pour la trame et la chaine : d’autres matériaux , comme chanvre ou le poil de chameau  entrent parfois  aussi dans la composition des tapis .  les tapis de soie peuvent avoir une chaine en soie .   le choix de la laine à employer est l’un des secrets de la confection d’un bon tapis . les perses maitres incontestés de ce type d’artisanat , ont domestiqué les moutons depuis l’époque du néolithique ; la qualité de leur laine en raison de sa résistance et sa dureté et son lustre éclatant , elle convient parfaitement à la fabrication de tapis . la laine des moutons de la race mérinos d’Australie sont aussi une très bonne laine .   le coton que l’on utilise surtout pour la trame et la chaine , n’apparait que rarement dans le velours du tapis .

le lavage de la laine est un facture très important , il est essentiel de la faire avec une très grande quantité d’eau courante . la laine est alors prête à être filé ; pour la filature on utilise des dévidoirs ou des roues , mais il n’est pas rare dans les pays  d’orient de rencontrer des bergers qui filent la laine par le procédé plus simple et plus ancien : un fuseau suspendu dans une main et équilibré par un ou plusieurs petits  fuseaux, la laine que l’on y ajoute de temps en temps forme un fil qui est rarement épais et de longueur homogène , mais cette caractéristique est loin d’être considérée comme un défaut . la laine filée par cette méthode est la plus recherchée .

Teinture 

une autre opération essentielle est celle de la teinture . jusque vers 1900 les laines destinées aux tapis étaient teintes avec des colorants naturels d’origine végétale ou animale , il y a un peu plus d’un siècle les occidentaux introduisirent en orient des colorants synthétiques ( les colorants à l’aniline ) , ces colorants plus facile à obtenir et d’emploi plus pratique , sont nettement  inférieur en ce qui concerne la résistance de la laine.

voici les principaux matériaux dont on tirait des colorants naturels.

Rouge , les nuances que l’on peut obtenir sont nombreuses . les plus appréciée et la plus recherchée est tiré d’une cochenille , il faut jusqu’à cent mille insectes pour obtenir un kilogramme de colorant. un autre colorant rouge très utilisé est la garance que l’on extrait des racines de rubia tinctorum , un arbuste atteignant un mètre de haut . on obtient une nuance rouge brillante avec de beaux tons rosés en ajoutant à la garance du yoghourt desséché. le cinabre  est un colorant aux tons rouge-orangé  , que l’on tire d’une résine provenant de zanzibar par  l’inde.  un rouge aux tonalités foncées presque brunes  l’on obtient avec le henné , poudre extraite du troène égyptien , plante arbustive très utilisée dans la cosmétologie orientale.

Jaune , un des jaune les plus beaux et les plus recherchés est le jaune safran que l’on extrait des étamine de cirocus sativus ; produit très précieux . il était surtout utilisé pour la teinture de la soie. son prix particulièrement élevé a poussé à rechercher des produits de remplacement .

l’un des plus employés est carthamus tinctorius , appelé ( safran bâtard ) très répandu en inde. il y a aussi la poudre de racine de curcuma . une autre le sumac , donne une matière colorante d’un jaune riche ; en automne on récolte les feuilles jaunies et laisse sécher , puis on les fait bouillir pour six heures avant fixer avec de l’alun ; on obtient un jaune qui n’est pas trop intense. l’écorce du grenadier fournit une combinaison utile de mordant , d’une couleur jaune tendre.

Bleu . le bleu est presque exclusivement tiré de l’indigo , des feuilles d’indigofera tinctoria qu’on laisse tremper longtemps dans de l’eau .

Vert . les meilleurs verts sont obtenu avec des baies de la famille rhamnacées , ses fruits faisaient l’objet d’un important commerce en Turquie . de la plante à latex l’isparaq qui pousse dans les régions au climat aride , on obtient un beau vert Nil . mais le procédé le plus fréquemment utilisé consiste à subir aux fibres une double teinture , d’abord en jaune puis en bleu .

Brun & noir , pour ces couleurs on se contentera en général d’utiliser de la laine possédant déjà cette coloration. pour un marron foncé on obtient avec du brou de noix.

pour que la couleur conserve la même tonalité , mordants utiliser pour fixer la couleur .on utilise aussi du sulfate de fer et d’étain et l’alun.

A propos des couleurs et de leurs mélanges artisanaux , il ne faut pas oublier de signaler un phénomène qui est connu en orient sous le nom d’abrach et qui consiste en un changement de tonalité à l’intérieur d’une zone de même couleur. ces modifications de teinte sont dues à une absorption irrégulière du colorant par les diverses parties de la laine. l’abrach n’est absolument pas considéré un défaut , ce plutôt l’inverse car on y voit preuve de l’authenticité d’un tapis.